Le chef de l’État béninois Patrice Talon a nommé ce mercredi 17 avril Pamphile Zomahoun au poste d’envoyé spécial du Bénin en Haïti. Le Bénin s’est engagé volontairement à fournir 2000 hommes pour la future force multinationale de soutien à la sécurité en Haïti (MMSS). La nomination d’un envoyé spécial en Haïti est un pas supplémentaire dans la mise en œuvre du projet de déploiement des forces béninoises à Port-au-Prince.

Le relevé du conseil des ministres qui annonce sa nomination ne dit rien sur sa lettre de mission en Haïti, mais sa première urgence sera de préparer l’arrivée des 2000 militaires béninois.

Ses interlocuteurs dans cette mission seront les partenaires haïtiens et internationaux comme les États-Unis, le Brésil, le Canada et la Jamaïque, tous acteurs de la mise en place de la force multinationale. Les contours de la participation des Béninois sont connus.

Les 2000 hommes viennent essentiellement des forces armées béninoises à savoir les armées de terre, de l’air, la marine et la Garde nationale. Il est possible qu’un effectif très réduit de policiers complètent le contingent qui avant de partir à Port-au-Prince bénéficiera d’une formation assurée par des instructeurs béninois et étrangers.

On ignore toujours le calendrier du déploiement. Le financement serait en cours et, selon nos informations, les acteurs principaux de l’opération préparent une réunion imminente.

Pamphile Zomahoun prendra rapidement ses fonctions, indique une source. Âgé de 53 ans, il est colonel de la gendarmerie, a été formé à Saint-Cyr et à Melun, en France.

RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici