L’éminent écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop était l’invité de TV5 Monde cette semaine. Si l’entretien couvrait plusieurs sujets dont son dernier roman et le génocide au Rwanda, c’est son réquisitoire contre l’ex-président Macky Sall et ses proches qui a marqué les esprits.

Diop, figure littéraire respectée, n’a pas mâché ses mots en évoquant la nouvelle ère politique qui s’ouvre au Sénégal après l’adhésion surprise au pouvoir d’une équipe très jeune. “Pour la première fois, on assiste à une alternance qui a un parfum de rupture radicale”, at-il estimé.

Mais au-delà de l’espoir suscité, l’écrivain a énoncé les crimes lourds qui auraient été commis ces dernières années par le clan Sall. “Il faut que les responsables rendent compte, on ne peut pas faire l’économie de demander des comptes cette fois-ci”, a martelé Diop.

En ligne de mire : les cas de tortures ayant conduit à la mort, les enrichissements personnels « spectaculaires » et injustifiables pour un pays si pauvre. “On n’a jamais demandé des comptes à Diouf, ni à Wade, mais là il le faudra”, a insisté l’auteur de renom.

Ses mots ont fait l’effet d’un séisme, relayant un sentiment de ras-le-bol répandu après les 12 années de pouvoir de l’ancien président Macky Sall, entaché par les scandales de mal-gouvernance et la dérive autoritaire.

Diop prévient cependant que “tous les comptes n’ont pas encore été vendus”. Un avertissement appuyé pour la nouvelle équipe : la population, qui a tant sacrifié, sera intransigeante et n’accordera “pas de droit à l’erreur”.

Avec Ndarinfo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici