AFRIQUE

Burkina Faso : Manifestation contre l’ONU à Ouagadougou

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi, à Ouagadougou la capitale burkinabé, devant les locaux de la représentation du système des Nations-Unies, contre un rapport onusien publié fin mai et accusant l’armée de meurtres de civils, a constaté le correspondant d’Anadolu.

Des milliers de personnes munies de drapeaux burkinabè et russes ont répondu à l’appel de la Coordination nationale des associations de veille citoyenne (CNAVC), scandant des slogans hostiles au système des Nations-Unies.

« Nous avons appris avec consternation par une déclaration votre préoccupation concernant l’augmentation du nombre de civils tués par des militaires au Burkina Faso. Monsieur le Haut-commissaire, pour votre rappel, le Burkina Faso, membre de l’ONU fait face à une guerre qui lui a été imposée il y a plus de 8 ans, par des terroristes soutenus par des puissances extérieures. Durant cette longue traversée du désert, le peuple burkinabè a attendu anxieusement la main secourable de cette grande organisation de défense des droits des peuples qu’est l’ONU, mais l’attente fut vaine », a déclaré Ghislain Dabiré, secrétaire général de la coordination devant la presse.

« C’est donc avec surprise et indignation que nous apprenons ces accusations formulées par l’ONU à l’encontre de nos soldats. Ces accusations sont injustes et blessantes pour ceux qui risquent leur vie quotidiennement pour protéger leur population », a ajouté Dabiré.

La manifestation a été encadrée par les forces de défense et de sécurité burkinabè.

Fin mai, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a exprimé sa vive inquiétude face à l’augmentation récente des meurtres de civils à travers le Burkina Faso, les allégations de responsabilité désignant à la fois des groupes armés et des soldats burkinabè.

Le rapport souligne qu’ »entre novembre 2023 et avril 2024, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a reçu des allégations de violations et d’abus du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire concernant au moins 2.732 personnes, soit une augmentation de 71 % par rapport aux six mois précédents. Quelque 1.794 des victimes, soit 65 %, ont été victimes d’homicides illégaux ».

Le Haut-Commissaire a également appelé le gouvernement du Burkina Faso à soutenir une enquête « approfondie, indépendante et transparente » sur toutes les allégations de violations et d’abus du droit international, et à veiller à ce que les auteurs soient traduits en justice, dans le cadre de procès conformes aux normes internationales, afin de garantir le droit des victimes à la vérité et à des réparations.

Les autorités burkinabé n’ont pas réagi à ces déclarations.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page