CONTRIBUTIONPOLITIQUE

Faire face aux déstabilisateurs : la bonne posture

A peine quelques semaines après l’arrivée du nouveau régime, des voix s’agitent pour tout et n’importe quoi. En analysant les discours de manière plus fine, on constante souvent des critiques et jugements prononcés sans aucune intention constructive d’une certaine presse et ou d’individus en quête de notoriété. C’est une pratique connue dont l’objectif est de se propulser au-devant de la scène grâce à la réaction du camp adverse. Ainsi, ceux qui partagent et commentent même de manière négative en croyant apporter une réplique leur permettent d’atteindre leurs cibles. Ils comptent souvent briller grâce à leur impertinence à travers des critiques extrêmement agressives, non constructives et souvent infondées, parfois par le mensonge et la manipulation. La bonne posture consiste à les ignorer, dans ce cas vous ne leur permettez pas d’exister. Les critiques furent plus virulentes, le projet a survécu, donc ce n’est pas aujourd’hui qu’il sera atteint par des individus malveillants. C’est donc le moment de changer de posture communicationnelle en focalisant les énergies et efforts sur les actions et surtout être une force de proposition et d’alerte. C’est un secret de polichinelle, les nouvelles autorités dérangent, des gens tapis dans l’ombre mobiliseront des moyens colossaux pour tenter de les déstabiliser. C’est seulement avec l’aide des sénégalais patriotes qu’elles pourront tenir et faire face aux déstabilisateurs qui n’en sont qu’à leur début.


Ngagne FALL
Docteur en Sciences de l’information et de la communication,
Enseignant chercheur
Université Grenoble Alpes
Chercheur au Gresec

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page