Le bloc régional divisé de l’Afrique de l’Ouest a demandé dimanche au président sénégalais Bassirou Diomaye Faye de dialoguer avec les trois États membres dirigés par des militaires pour tenter de réunifier la région dont la stabilité est menacée depuis leur décision de quitter le groupe en janvier.

Lors de son sommet à Abuja, capitale du Nigeria, le bloc connu sous le nom de CEDEAO a désigné M. Faye comme son envoyé pour rencontrer le Mali, le Niger et le Burkina Faso, qui ont formé leur union séparée après que leurs coups d’État respectifs ont rompu les relations avec leurs voisins.

Les termes du dialogue n’ont pas été précisés dans l’immédiat. Le président sénégalais, qui est devenu le plus jeune dirigeant d’Afrique après sa victoire électorale en mars, « a toutes les qualifications requises pour servir de facilitateur », a déclaré Omar Alieu Touray, président de la Commission de la CEDEAO, lors du sommet.

Les trois pays victimes du coup d’État avaient déjà déclaré lors de leur sommet de la veille qu’ils avaient « irrévocablement tourné le dos à la CEDEAO ». C’est la première fois en près de 50 ans d’histoire que la CEDEAO perd des membres de cette manière.

Les analystes considèrent que la mission de M. Faye est importante dans le contexte d’une crise régionale sans précédent. Toutefois, elle ne sera probablement pas fructueuse de sitôt en raison des tensions régionales qui subsistent, a déclaré Karim Manuel, analyste pour le Moyen-Orient et l’Afrique auprès de l’Economist Intelligence Unit.

M. Touray a déclaré qu’il s’agissait de la pire période que le bloc ait connue depuis des années. « Notre région est également confrontée aux risques de désintégration. Lorsque vous sortez d’un accord, vous n’en faites certainement pas partie. S’il s’agit de libre-échange, de libre circulation des personnes, le risque de perdre ces concessions demeure ».

Outre les projets économiques que la CEDEAO pourrait être amenée à suspendre dans les trois pays s’ils ne reviennent pas, leur retrait pourrait également affecter leurs citoyens. La CEDEAO, en tant que principale autorité politique et économique de l’Afrique de l’Ouest, offre la liberté de commerce et de circulation sans visa au sein des États membres.

Le départ des trois pays de la CEDEAO pourrait également affecter leurs voisins sur différents fronts. Ils partagent tous des frontières et des crises sécuritaires meurtrières qui se propagent actuellement dans la région et contre lesquelles l’Union européenne cherche à s’associer. Les observateurs ont également mis en garde contre le fait que les coups d’État dans les pays pourraient enhardir d’autres armées, en particulier dans les pays où les citoyens se sont plaints de ne pas bénéficier de leurs riches ressources naturelles.

Le président du Nigeria, Bola Tinubu, à qui l’on a demandé de continuer à assurer la présidence du bloc parce que son mandat d’un an touchait à sa fin, a appelé à des partenariats nouveaux et plus solides pour développer la région face à ses « énormes défis ».

« Ensemble, nous pouvons ouvrir la voie à un avenir prospère pour toute l’Afrique de l’Ouest », a déclaré M. Tinubu.

Africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici