ACTUALITESINTERNATIONAL

L’explosion d’un hôpital à Gaza: La colère dans plusieurs pays africains

En Tunisie, des manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés devant l’ambassade de France à Tunis, la capitale, condamnant les pays occidentaux pour leur soutien à Israël, qu’ils accusent d’être responsable de l’attaque. L’armée israélienne a déclaré que l’hôpital avait été touché par un tir de roquette palestinienne raté. Mais les responsables palestiniens ont imputé cette attaque à une frappe aérienne israélienne.

Plus tôt mercredi matin, le chef de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a accusé Israël de « crime de guerre », sur les réseaux sociaux: « Il n’y a pas de mots pour exprimer pleinement notre condamnation du bombardement israélien d’un hôpital de Gaza aujourd’hui [mardi], tuant des centaines de personnes. »

Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a fait une déclaration similaire. « Tout comme l’attaque du Hamas contre des civils en Israël était odieuse, il n’y a pas de mots pour exprimer pleinement la condamnation par l’Afrique du Sud du bombardement israélien de l’hôpital baptiste arabe Ahli le 17 octobre, tuant plus de 500 personnes et en blessant plus de 1 000 », a-t-il déclaré. .

« Le fait de prendre pour cible un hôpital considéré comme un refuge en vertu du droit international humanitaire constitue un crime de guerre».

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait la preuve que ses forces n’étaient pas à l’origine de l’explosion et qu’elle avait plutôt été provoquée par des roquettes ratées du Jihad islamique palestinien. Les responsables de la santé à Gaza ont déclaré que près de 500 personnes avaient été tuées dans l’explosion, mais aucun bilan officiel n’a été publié. (BBC News)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page