La société mère de Facebook et d’Instagram a déclaré dans un billet de blog qu’elle supprimerait les contenus “attaquant les ‘sionistes’ lorsqu’ils ne concernent pas explicitement le mouvement politique” et qu’ils utilisent des stéréotypes antisémites ou menacent de nuire par l’intimidation ou la violence à l’encontre des juifs ou des Israéliens.

La politique de Meta en matière de discours de haine interdit les attaques directes contre des personnes sur la base de ce qu’elle appelle les caractéristiques protégées, qui comprennent la race, l’appartenance ethnique, l’affiliation religieuse, le handicap et l’identité de genre, entre autres.

Le géant des médias sociaux a déclaré que ses politiques existantes, qui considèrent le terme “sioniste” comme un substitut de juif ou d’Israélien dans deux circonstances précises, ne tenaient pas suffisamment compte de la manière dont les gens utilisent le mot de manière plus générale.

La mise à jour de la politique, qui fait suite aux consultations de Meta avec 145 parties prenantes représentant la société civile et le monde universitaire dans toutes les régions du monde, intervient alors que les tensions s’intensifient au Moyen-Orient à cause de la guerre d’Israël contre la bande de Gaza.

Meta a été critiquée pendant des années pour son traitement du contenu impliquant le Moyen-Orient, et ces critiques se sont intensifiées après le début de la guerre, avec des groupes de défense des droits de l’Homme accusant l’entreprise de supprimer le contenu soutenant les Palestiniens sur Facebook et Instagram.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici