Les horticulteurs et les autorités municipales de Gnith exhortent les nouvelles autorités gouvernementales à aménager plus d’espace pour la culture de l’oignon dans cette commune située dans la région de Saint-Louis (nord), pour l’aider à apporter une importante contribution à l’autosuffisance du pays pour cette denrée alimentaire.

Selon Mamadou Sow, le président de l’association de producteurs d’oignon Mbayène Thiagnaldé, 100.000 tonnes d’oignon ont été produites dans la commune cette année.

Si la superficie aménagée pour la culture de cette denrée alimentaire est augmentée, la production pourra dépasser largement cette quantité, selon lui.

“Nous avons bénéficié de l’aide du PDIDAS (Projet pour le développement inclusif et durable de l’agrobusiness au Sénégal), qui a aménagé beaucoup d’hectares et nous a permis de faire des récoltes satisfaisantes. Mais c’est insuffisant. Beaucoup d’hectares restent à aménager”, a dit Mamadou Sow à l’APS.

S’exprimant à l’occasion de la “journée de la récolte” d’une association regroupant des horticulteurs Mbayène Thiagnalé, il souhaite que le nouveau gouvernement fasse de l’aménagement des terres situées près du lac de Guiers une priorité.

Le financement des projets agricoles de la zone, l’aménagement des terres situées entre le lac de Guiers et Keur Momar Sarr, l’encadrement et l’équipement des agriculteurs peuvent leur permettre de contribuer largement à l’autosuffisance du Sénégal en oignon, selon M. Sow.

L’association de producteurs dispose de 750 hectares, dont 210 seulement sont aménagés, a-t-il signalé, assurant que quelque 20.000 jeunes gagnent leur vie en menant des activités horticoles dans la commune de Gnith.

“Les neuf communes de la zone du lac de Guiers concentrent des centaines de milliers d’hectares. Dans la commune de Gnith, nous avons plus de 1.500 hectares aménagés […] Mais les aménagements effectués sont insuffisants”, a relevé Adama Sarr, le maire.

Le lac de Guiers peut produire annuellement 10 fois plus que les 100.000 tonnes d’oignon récoltées cette année, selon M. Sarr.

L’horticulture peut générer des milliers d’emplois, a-t-il confirmé en invitant les nouvelles autorités gouvernementales à miser sur cette importante zone d’agriculture pour dérouler leur politique d’autosuffisance en oignon.

L’oignon, fortement consommé au Sénégal, fait l’objet d’importantes importations en provenance du Maroc et d’autres pays, la production locale étant insuffisante pour couvrir les besoins des ménages sénégalais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici