“Je suis depuis quelques heures à Abuja (Nigéria) où je suis convoqué au parlement de la CEDEAO pour les besoins de la première session ordinaire du parlement de la CEDEAO.

Avant de quitter Dakar pour Abuja j’ai déposé quelques initiatives parlementaires. Trente cinq (35) questions écrites plus précisément.

Le président du collectif des admis professionnels de l’ENDSS m’avait saisi au mois de mars et février 2024 pour me dire qu’ils étaient restés deux mois sans recevoir leurs salaires. Il m’a informé le 08 juillet avoir reçu leur salaire du mois de juin 2024. J’avais interpellé le gouvernement dessus. Je suis content de voir que nos initiatives parlementaires ne sont pas vaines. Je vais interpeller le gouvernement sur leurs rappels de salaire et leur pécule.

Le 02 juillet 2024, le collectif des conseillers en emploi qui couraient derrière cinq (05) mois d’arriérés de salaire m’a informé que les trois (03) mois restants ont été payés après le paiement de deux (02) mois d’arriérés de salaire il y a quelques semaines. Ils ont d’autres aspirations. Nous allons les suivre.

Quelqu’un a dit en voyant mes questions écrites adressées au gouvernement : “est-ce que le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye ne va pas passer tout son premier mandat à s’occuper des injustices antérieures à son élection.” Nous avons été élus le 24 mars 2024 pour corriger toutes les injustices avérées dont le peuple sénégalais a été victime. Je salue le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye et son premier ministre Ousmane Sonko qui ont compris cela et agissent en ce sens.

Toujours pour une prise en charge dans la célérité des préoccupations justes et légitimes du peuple souverain, j’ai sensibilisé le gouvernement sur comment bien consolider, bien renforcer la bonne perspective imprimée le Président Bassirou Diomaye Diakhar Faye et son premier ministre Ousmane Sonko.

C’est ainsi qu’il faut comprendre les questions écrites que j’ai adressées au ministre de la santé et de l’action sociale mais également au ministre des infrastructures. Il y a un problème dans ces deux ministères. Le ministre des infrastructures que j’ai interpellé 06 fois au moins sur la situation des travailleurs du FERA qui courent derrière 11 mois d’arriérés de salaire pour certains ne m’a jamais répondu. Et 45 jours avant que le ministère de la santé et de l’action sociale ne fassent un communiqué pour pour parler des troubles au centre Talibou Dabo, j’avais adressé une question écrite à son chef qui si elle avait été traitée aurait pu éviter les troubles en question. J’ai ciblé ces deux ministères mais cela a été noté pour d’autres ministres et j’y reviendrai.

Pour qui se prend Suez qui ne fait que distribuer notre eau et facturer? Suez vole le peuple sénégalais et l’opprime en persécutant les travailleurs de la Sen’Eau”.

Les 35 questions écrites sont :

1-le bitumage de l’axe routier Kabendou – Nianao

2-sur le forage de Gossas village

3-sur la situation du secteur de l’hydraulique de Ziguinchor

4-sur la situation des militaires invalides

5-sur la situation explosive à Bakel du fait de la situation à la Falémé

6-sur les 3 mois sans salaire de certains militaires en 2023

7-la centrale solaire de Wendaye

8-l’usine d’eau Mame Diarra de Mbour

9-le forage de Diack en panne depuis 09 mois

10-la situation critique de la pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA)

11-la situation du corps des aides sociaux

12-manque d’eau au village de Soum

13-coupe sauvage de la forêt de Goudiry

14-probleme d’eau au village de Kandam

15-la situation de l’entreprise EAS

16-l’exploitation par l’État du Sénégal des enseignants dits “décisionnaires”

17-Situation des impactés de l’autoroute Dakar – Saint-Louis

18-les 52 hectares attribués à l’hôtel le baobab à Guéréo

19-cinq (05) mois d’arriérés de salaire dus aux travailleurs du FERA de Kolda

20-absence de réponse du ministre de la santé aux interpellations d’un représentant du peuple et à la demande de rencontre d’acteurs de la santé

21-Situation des travailleurs du FERA et absence de réponse du ministre

22-Trois mois d’arriérés de salaire dus aux conseillers en emploi de l’ANPEJ

23-parfums d’accaparement foncier de 500 hectares à Gade Kébé

24-banditisme d’État de 110 hectares et de 96 hectares dans la commune de Notto Diobass dans les villages de Ngolfagning, de Diaspalam et de Thiéo

25-mise en danger de la vie d’autrui au lycée de Foundiougne El Hadji Mamadou Diouf qui menace de s’effondrer

26-Trois mois sans salaire pour les standardistes non voyants de la direction de l’emploi

27-À quand le bitumage de l’axe Ndangalma Lambaye et Keur Samba Kane

28-Où est passée la sortie au niveau de Khondiogne de l’autoroute à péage Mbour, Fatick, Kaolack ?

29-Suez pille la Sen’Eau et persécute les travailleurs

30-les 10 hectares des 361 membres de la coopérative d’habitat des agents hôteliers du Cap-Vert

31-recrutement par l’État d’enseignants admis et admissibles à des diplômes professionnels de l’éducation

32-recrutement dans la fonction publique des 24 coordinateurs des maisons de justice

33-Situation des personnels des écoles sénégalaises de Gambie

34-mesures pour les ferrailleurs

35-La situation des professeurs contractuels endurcis ou l’histoire d’une injustice d’État

Voici la lettre adressée au ministre de la santé et de l’action sociale et au ministre des infrastructures :

-“Question écrite

Objet : absence de réponse du ministre de la santé aux interpellations d’un représentant du peuple et à la demande de rencontre d’acteurs de la santé

Monsieur le ministre je vous ai adressé plusieurs questions écrites relatives aux préoccupations de nos concitoyens. Parmi celles-ci, le 30 avril 2024 je vous ai adressé une question écrite relative à la situation du centre Talibou Dabo. Je vous ai adressé deux lettres relatives aux contractuels des établissements publics de santé (EPS) le 18 avril 2024 et le 14 mai 2024.

Au moment où j’écris ces lignes je n’ai reçu aucune réponse de votre part à ces trois questions écrites.

Pourquoi j’insiste Monsieur le ministre c’est parce que par exemple en date du 15 juin 2024 votre département a fait un communiqué dans lequel il a dénoncé des actes de vandalisme perpétrés au centre Talibou Dabo. C’est à dire 45 jours après ma question écrite – restée jusqu’à ce jour sans réponse – sur la situation au centre Talibou Dabo. C’est pourquoi je n’ai nullement était surpris de l’atmosphère délétère au centre Talibou Dabo c’est une des raisons poit lesquelles je t’aurais sur la sonnette d’alarme à travers ma question écrite. Mais je n’ai pas été entendu par vous Monsieur le ministre destinataire de ma question écrite.

Si vous aviez vu ma question écrite et que vous aviez mobilisé votre département pour s’occuper de la situation au centre Talibou Dabo il n’y aurait pas eu ces actes de vandalisme Monsieur le ministre car le ministère de la santé privilégie la prévention et je suis sûr que vous auriez prévenu ces actes de vandalisme.

Où est passée ma question écrite sur la situation du centre Talibou Dabo ? L’avez-vous reçue? L’avez-vous traitée ? Vos agents l’ont-elle cachée ?

Monsieur le ministre, le 16 avril 2024 le collectif national des agents contractuels des EPS vous a adressé une “demande d’audience”. Jusqu’à ce jour aucune réponse à leur demande de rencontre. Ce même collectif a demandé à rencontrer le premier ministre dans une correspondance en date du 13 mai 2024 et le premier ministre leur a répondu à travers une correspondance en date du 27 mai. En deux semaines les services du premier ministre répondent à ces travailleurs des EPS. En deux mois votre département n’a pas encore répondu à ces mêmes travailleurs des EPS.

Monsieur le ministre il y a un problème dans votre ministère. Ou certains de vos agents vous cachent et traitent très mal les initiatives parlementaires mais également les demandes d’acteurs du ministère de la santé et de l’action sociale comme celle du collectif des agents contractuels des EPS ou c’est vous-même qui êtes à l’origine de cette situation. Qu’en est-il réellement monsieur le ministre ?

Monsieur le ministre les populations veulent des députés à leur service mais aussi des ministres à leur service. Cela passe aussi par un bon service courrier et une communication fluide et bonne entre les différents pouvoirs et entre les pouvoirs d’une part et le peuple souverain au service duquel sont les pouvoirs d’autre part.

Monsieur le ministre, les transformations structurelles que nous avons promises aux populations et sans lesquelles point de souveraineté, point de sortie de la pauvreté et du sous-développement, nécessiteront l’adhésion des populations, leur mobilisation, leur détermination. Comment avoir cela si leurs intérêts, leurs préoccupations ne sont pas pris en charge ? Parmi ces préoccupations : une réunion pour le collectif des agents contractuels des EPS ou des arriérés de salaire comme au centre Talibou Dabo.

Guy Marius Sagna
Député de la XIVe législature”

-“Question écrite

Objet : situation des travailleurs du FERA et absence de réponse du gouvernement aux interpellations de l’Assemblée nationale

Monsieur le ministre, j’ai adressé à votre gouvernement six (06) questions écrites relatives à la situation des travailleurs du fonds d’entretien routier autonome (FERA).

Aux dates suivantes je vous ai écrit à leur sujet :

  • 18 avril 2024, situation des travailleurs du FERA de Pikine Est

-03 mai 2024 situation des travailleurs de Missirah Wadene

-31 mai 2024, situation des travailleurs du FERA de Rosso Sénégal

-31 mai 2024, situation des travailleurs du FERA de Adéane

-31 mai 2024 situation des travailleurs du FERA

-11 juin 2024, situation des travailleurs du FERA de Birkelane

Monsieur le ministre, ces lettres vous ont été adressées depuis plus de mois. Or, le ministre à un mois à partir de la date de réception d’une question écrite d’un député pour y répondre.

Monsieur le ministre, ou bien mes questions écrites ne sont jamais entrées dans votre ministère, ou bien elles y sont parvenues mais vous ne les avez jamais vues ou vous les avez vues mais vous n’y avez jamais répondues ou vos réponses ne me sont jamais parvenues.

Monsieur le ministre pouvez-vous éclairer la lanterne de la représentation nationale sur ces six questions écrites relatives à la situation des travailleurs du FERA dont certains courent derrière 11 mois d’arriérés de salaire.

Avez-vous reçu mes questions écrites ? Y avez-vous répondu ? Les réponses m’ont elles été envoyées?

Mais surtout monsieur le ministre quand les travailleurs du FERA seront-ils payés ?

Guy Marius Sagna
Député de la XIVe législature”

GMS,

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici