L’Association des autorités électorales africaines (AAEA) vient de publier, à l’intention des organes de gestion des élections en Afrique, un guide destiné à “combler la lacune normative existante en matière d’utilisation et d’implications des médias numériques et sociaux lors des élections sur le continent”.

Ce guide intitulé “Lignes directrices et principes régissant les médias numériques et sociaux lors des élections en Afrique” arrive au moment opportun, selon le président du comité exécutif de l’AAEA, par ailleurs président de la commission électorale du Ghana, Jean Mensa.

À l’heure ”où les OGE jouent un rôle de plus en plus prépondérant, les Lignes directrices et principes régissant les médias numériques et sociaux lors des élections en Afrique élaborés par la Commission électorale d’Afrique du Sud n’auraient pas pu arriver à un meilleur moment”, écrit-il dans l’avant-propos de cette publication.

Selon le document parvenu à l’APS, ces principes et lignes directrices sont ”un instrument non contraignant et persuasif inspiré des droits de l’Homme et qui vise à combler la lacune normative existante en matière d’utilisation et d’implications des médias numériques et sociaux lors des élections sur le continent”.

Ces principes ont été adoptés en 2022, suite aux recommandations de la toute première conférence continentale des OGE, tenue au Cap, en Afrique du Sud, en mars 2020, sur le thème ”Protéger l’intégrité électorale à l’ère du digital : stratégie de lutte contre la désinformation numérique”.

La rencontre était organisée conjointement par la commission de l’Union africaine et le PNUD, le Programme des Nations unies pour le développement.

Pour l’Association des autorités électorales africaines, ces principes et lignes directrices ”constituent surtout une ressource précieuse, permettant aux OGE de partager leurs expériences, de nouer des liens avec les acteurs concernés et de préserver leur intégrité et leur crédibilité”.

Ils les incitent surtout à “adopter un plan clair et complet pour l’utilisation responsable des médias sociaux pendant les périodes électorales”.

L’association note que l’un des défis les plus pressants pour les OGE ”est la prolifération des fausses nouvelles et des campagnes de désinformation sur les plateformes des médias sociaux”.

Ces nouvelles “erronées, souvent conçues pour manipuler l’opinion publique, peuvent avoir un impact significatif sur les résultats électoraux et même engendrer des troubles sociaux”, prévient cette association.

Aussi cette publication souligne-t-elle “la nécessité d’utiliser les médias sociaux pour renforcer la position des OGE et susciter la confiance dans leurs efforts tout en engageant leurs acteurs concernés de manière efficace”.

De même, elle met l’accent sur ”les dangers d’une mauvaise utilisation des médias sociaux” et appelle à “un journalisme responsable et à la responsabilisation des propriétaires et des utilisateurs des plateformes”.

Ces principes font ressortir de la même manière “le rôle essentiel que les gouvernements et les organismes de règlementation peuvent jouer dans la protection des OGE et des élections en Afrique”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici