ACTUALITESINTERNATIONAL

Un haut fonctionnaire de l’ONU démissionne en évoquant un “cas exemplaire de génocide” à Gaza

Un haut fonctionnaire des Nations unies, chargé des droits de l’homme, basé à New York, a démissionné en raison de la réaction de l’organisation aux attaques incessantes d’Israël contre Gaza, citant les États-Unis, le Royaume-Uni et une grande partie de l’Europe comme étant “totalement complices de l’horrible agression”.

Craig Mokhiber, directeur du bureau du haut-commissaire aux droits de l’homme à New York, a annoncé sa démission dans une lettre rendue publique mardi, dans laquelle il proteste contre “l’échec” des Nations unies à empêcher ce qu’il qualifie de “génocide” des civils palestiniens de Gaza par les Israéliens.

“Une fois de plus, nous assistons à un génocide qui se déroule sous nos yeux, et l’organisation que nous servons semble impuissante à l’arrêter”, écrit-il dans une lettre adressée le 28 octobre à Volker Turk, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

L’armée israélienne a intensifié ses attaques aériennes et terrestres contre Gaza, faisant plus de 8500 morts dont la majorité sont des enfants.

Il a rappelé que les Nations unies n’avaient pas réussi à empêcher les génocides antérieurs visant les Tutsis au Rwanda, les musulmans en Bosnie, les Yazidis en Irak et les Rohingyas au Myanmar.

“Le massacre actuel du peuple palestinien, ancré dans une idéologie coloniale ethno-nationaliste, dans la continuité de décennies de persécution et de purge systématiques, entièrement basées sur leur statut d’Arabes, ne laisse aucune place au doute”, a-t-il déclaré, ajoutant que les États-Unis, le Royaume-Uni et une grande partie de l’Europe non seulement “refusaient de respecter leurs obligations conventionnelles” en vertu des Conventions de Genève, mais armaient également l’assaut d’Israël et lui fournissaient une couverture politique et diplomatique.

Il a ensuite présenté un plan en dix points pour mettre fin à la violence contre les Palestiniens, notamment en établissant “un État unique, démocratique et laïque… avec des droits égaux pour les chrétiens, les musulmans et les juifs” et en détruisant l’arsenal d’armes nucléaires, chimiques et biologiques d’Israël.

Il a appelé les Nations unies à “rejoindre fièrement le mouvement anti-apartheid” et à “se ranger du côté de la justice”.

Mokhiber, qui travaille pour les Nations unies depuis 1992, a occupé plusieurs postes importants.

Il a dirigé l’élaboration d’une approche de développement fondée sur les droits de l’homme pour le haut-commissaire et a été conseiller principal en matière de droits de l’homme en Palestine, en Afghanistan et au Soudan.

Avocat spécialisé dans le droit international des droits de l’homme, il a résidé à Gaza dans les années 1990. En tant que directeur du bureau de New York du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, il a parfois été critiqué par des groupes pro-israéliens pour ses commentaires sur les réseaux sociaux.

Il a dû faire face à des réactions négatives pour avoir soutenu le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) et pour avoir accusé Israël de pratiquer l'”apartheid”, une affirmation qu’il a réitérée dans sa lettre de démission.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page