FAITS DIVERSSOCIETE

UNE EMPLOYÉE VOLE PLUS DE 3 MILLIONS ET 5 PORTABLES DE SA PATRONNE ET SIMULE UN BRAQUAGE

La nommée A.A.R, gérante de point de transfert mobile money au quartier Dioulabougou, à Bouaflé, chef-lieu de la Région de la Marahoué(côte d’ivoire), a révélé sa face cachée à sa patronne en simulant un braquage. Après avoir fait main basse sur la somme de 3 250 000 francs cfa et 5 téléphones portables appartenant à sa patronne K.A.L.S., elle a habilement tissé une histoire de braquage pour dissimuler son forfait.

L’affaire a débuté lorsque A.A.R., accompagnée de sa patronne, a signalé un vol à mains armées au commissariat de police de Bouaflé. Selon le récit initial de la gérante, deux individus à moto l’auraient attaquée devant l’agence au quartier Dioulabougou, emportant avec eux la somme la somme de 3 250 000 francs cfa et les téléphones portables.
Cependant, les enquêteurs de la police ont rapidement commencé à douter de cette version des faits. Les investigations discrètes ont conduit à l’arrestation de K.K.F., le filleul de la gérante, qui s’est avéré être une pièce cruciale dans le puzzle complexe de cette affaire.

Selon ses déclarations, A.A.R. l’avait contacté le matin même du prétendu braquage, lui demandant de se rendre sur son lieu de travail pour récupérer un mystérieux colis. Ce colis, scellé par un cadenas, contenait une somme considérable d’argent et un téléphone portable Android.

K.K.F. a poursuivi son récit, révélant qu’il avait transporté le colis jusqu’au village de M’brakro, situé à 15 km de Bonon. Deux jours plus tard, la gérante est arrivée pour récupérer le colis, demandant à son filleul de détruire le téléphone portable. Cependant, découvrant que l’appareil était en bon état, K.K.F. l’a utilisé pendant quelques jours avant de le remettre à son frère cadet.
Les aveux de K.K.F. et les preuves matérielles ont mis A.A.R. dos au mur. Sous le feu roulant des questions de la police, elle a finalement avoué avoir mis en scène le braquage pour dissimuler son propre vol. Cet acte de trahison envers sa patronne soulève des questions sur la confiance dans les milieux professionnels, incitant à une réflexion plus approfondie sur la nécessité d’une vigilance constante même dans des environnements apparemment sécurisés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page