Le comité de rédaction du prestigieux journal américain New York Times a appelé vendredi le président Joe Biden à se retirer de la course à la Maison Blanche après son calamiteux débat la veille face à Donald Trump.

 Dans un éditorial publié vendredi soir et intitulé « Pour servir le pays, le président Biden doit quitter la course » à la Maison Blanche, le New York Times a décrit Joe Biden comme étant « l’ombre d’un dirigeant », après que le président de 81 ans a « échoué à son propre test ». Méconnaissable, Joe Biden a avalé des mots, n’a pas fini certaines phrases et a regardé dans le vide lors du duel télévisé jeudi face à son prédécesseur républicain.

« M. Biden a été un président admirable. Sous son commandement, la nation a prospéré et a commencé à relever une série de défis à long terme, et les plaies ouvertes par M. Trump ont commencé à se refermer. Mais le plus grand service public que pourrait rendre aujourd’hui M. Biden serait d’annoncer qu’il ne se représentera pas à l’élection », a écrit le New York Times dans un éditorial publié vendredi soir. Son comité de rédaction rassemble des éditorialistes de renom et est censé refléter les valeurs du média.

Des membres du Parti démocrate ont aussi questionné la capacité de Biden à assumer un nouveau mandat, ce qui a déclenché une tempête au sein du parti.

Joe Biden se défend face à sa piètre performance face à Trump

Pourtant, dans la journée, Joe Biden a promis de se relever lors d’une rencontre organisée à Raleigh en Caroline du Nord. Une déclaration faite lors d’un discours enflammé qui contrastant totalement avec le naufrage de la veille. « Nous allons protéger et préserver notre démocratie ! »

On était bien loin de l’image du candidat confus et hagard qu’il a présenté face à Donald Trump, quelques heures auparavant, pointe notre correspondante aux États-Unis, Loubna Anaki. Le président démocrate a d’ailleurs répondu aux nombreuses critiques qui ont suivi sa piètre performance. « Je sais que je ne suis plus un jeune homme. Je ne marche plus aussi facilement, je ne parle plus aussi élégamment, je ne débats plus aussi bien. Mais je sais au moins dire la vérité, je sais discerner le bien du mal et je sais comment faire le job ! »

Une attaque directe adressée à son adversaire républicain qui a multiplié les mensonges lors du premier débat de la campagne. Tout en reconnaissant son mauvais passage jeudi soir, Joe Biden a martelé : « Je vous promets que je ne serais pas candidat si je n’étais pas persuadé de pouvoir faire ce travail ».

Joe Biden a reçu dans la foulée le soutien des ex-présidents démocrates Barack Obama et Bill Clinton.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici